Union Sportive Tinténiac St-Domineuc Volley : site officiel du club de volley-ball de Tinténiac - clubeo

Golden European League : Tout commence en Hongrie

17 mai 2018 - 20:00

(Miniature) Golden European League : Tout commence en Hongrie
 
17/05/2018
Golden European League : Tout commence en Hongrie

L’équipe de France féminine débute dimanche à Budapest la nouvelle Golden European League avec un match face à la Hongrie. Pour le jeune groupe tricolore, cette compétition sert avant tout de revue d’effectif en vue de l’objectif principal de l’été, la qualification pour le Championnat d’Europe en août.

Projet Génération 2024, saison 2. Après une première saison 2017 qui l’avait vue voyager à travers le monde entre qualification au Championnat d’Europe, Ligue Européenne, World Grand Prix (Groupe 3, médaille de bronze à la clé) et Universiades, l’équipe de France attaque une nouvelle campagne, avec toujours en toile de fond un projet sur le long terme qui, sous la houlette du Belge Emile Rousseaux, vise à faire émerger des jeunes talents afin de construire un groupe à même d’être compétitif lors des Jeux Olympiques de Paris 2024.

Ce deuxième été s’inscrit donc dans ce cadre, il vise aussi à mettre l’équipe de France sur de bons rails en vue de son objectif sportif prioritaire du moment, la qualification pour le Championnat d’Europe 2019 qui se dispute sous la forme d’une poule de quatre équipes (France, Danemark, Géorgie, Portugal) avec matchs aller et retour (quatre en août, deux en janvier 2019), dont les deux premiers gagneront leur billet pour une compétition à 24 équipes, c’est une première, qui se disputera dans quatre pays (Turquie, Hongrie, Pologne et Slovaquie).

Dans le but de se préparer au mieux pour les matchs du mois d’août (dont deux à domicile, à Belfort), le staff de l’équipe de France a choisi de procéder à une vaste revue d’effectif lors des deux premières compétitions de la saison internationale, la Golden European League puis les Jeux Méditerranéens (22 juin-1er juillet). "Emile Rousseaux n’a pas fixé d’objectifs de résultats sur ces deux échéances, je parlerais plus d’objectifs de processus. Ce sont deux compétitions qui vont nous servir à préparer les contours du groupe qui sera amené à disputer la qualification pour le Championnat d’Europe", confirme Félix André, désormais adjoint du Belge, mais qui dirigera l’équipe de France sur la Golden European League et les Jeux Méditerranéens.

"L’objectif, c’est de voir les premières pierres de notre philosophie de jeu"

La Golden European League débute donc dimanche, avec une formule classique, à savoir une poule B de quatre équipes avec matchs aller-retour (France, Hongrie, Croatie, Finlande) dont le premier sera qualifié pour le Final Four (14-15 juin). L’enjeu n’est pas minime, puisque les deux premiers de cette nouvelle Golden European League se qualifieront pour la FIVB Challenger Cup, antichambre de la Volleyball Nations League (nouvelle compétition annuelle réunissant les seize meilleures équipes du monde). Le vainqueur de cette FIVB Challenger Cup jouera ensuite sa place parmi l’élite du volley mondial au cours d’un barrage aller-retour face à l’équipe ayant terminé dernière de la Volleyball Nations League 2018.

Les Bleues n’en sont aujourd’hui sans doute pas à ces préoccupations, le jeune groupe appelé à ouvrir la Golden European League dimanche par un déplacement en Hongrie (match à 18h30) ayant pour objectif immédiat de montrer qu’il a bien assimilé ce qu’il a travaillé au cours d’un premier stage de dix jours à Pau. "L’objectif, c’est de voir les premières pierres de la philosophie de jeu que nous essayons d’insuffler aux joueuses depuis dix jours. Cette philosophie vise notamment à faire en sorte que les filles ne soient pas des spécialistes d’une seule technique, mais au contraire qu’elles apprennent une diversité de savoir-faire à la fois technique et tactique, nous ne voulons pas de joueuses d’un seul coup, mais des joueuses ouvertes d’esprit", explique Félix André.

L’intéressé sera donc attentif avant tout aux comportements face à un adversaire qui, l’an dernier, a battu les Bleues en demi-finale du Groupe 3 du World Grand Prix en Australie. "La Hongrie est une équipe qui a changé de coach, avec sans doute, comme chez nous, un groupe élargi en ce début de saison, c’est donc difficile de situer son niveau. Tout ce qu’on sait, c’est qu’elles ont cassé notre rêve l’an dernier en nous privant de finale du Groupe 3, il y aura donc un petit sentiment de revanche chez les joueuses qui étaient en Australie", commente Félix André. Parmi elles, la capitaine et toute récente championne de France avez Béziers, Juliette Fidon, mais aussi Odette Ndoye, Oriane Amalric ou Nina Stojiljkovic, qui encadreront en Hongrie les nouvelles arrivées que sont Lisa Jeanpierre (Mulhouse), Marie Salbot (Venelles), Manon Bernard (Vandoeuvre-Nancy), Schérine Dahoué (Chamalières) et Clémence Garcia (Béziers). La France se rendra ensuite mercredi prochain en Finlande puis le samedi suivant en Croatie.

Les 14 joueuses pour la Hongrie : 

Passeuses : Oriane Amalric (Evreux), Nina Stojiljkovic (Stade Français Paris-Saint-Cloud)
Centrales : Eva Elouga (IFVB/Limeil-Brévannes), Clémence Garcia (Béziers), Pauline Martin (Venelles), Amandha Sylves (IFVB)
Liberos : Manon Bernard (Vandoeuvre-Nancy), Amandine Giardino (Saint-Raphaël), 
Réceptionneuses/attaquantes : Schérine Dahoué (Chamalières), Juliette Fidon (Béziers), Lisa Jeanpierre (Mulhouse), Odette Ndoye (Nantes), 
Pointues : Julie Oliveira Souza (Saint-Raphaël), Marie Salbot (Venelles)

Commentaires

oct.
19:30
Espace du Grand Clos, 35190 Saint-Domineuc